Catel et Bocquet rencontrent les dessinateurs turcs

En dépit des événements à Istanbul, Catel et Bocquet ont continué de découvrir la scène de la bande dessinée turque.

Ils se sont rendus dans les locaux de la revue satirique Uykusuz, la plus vendue en Turquie, qui comporte aussi parmi les dessinateurs les plus talentueux de la nouvelle génération. C’est ainsi que notre dessinatrice et son scénariste ont rencontrés Ersin Karabulut et Memo Tembelçizer, deux des piliers de ce journal, propriété de ses auteurs.

À leurs côtés, Galip Tekin, édité par la maison d’édition de Uykusuz, et qui est une des grandes figures de la BD turque des années 1980 à nos jours, montra son travail. Là encore l’étonnement de la qualité d’un dessin proprement turc était au rendez-vous.

Istanbulles 2013 - Bocquet chez Uykusuz  : de g. à dr. Galip Tekin, Ersin Karabulut et Memo Tembelçizer

Chez Uykusuz : de g. à dr., Galip Tekin, Ersin Karabulut et Memo Tembelçizer. DR

José-Louis Bocquet, comme on sait éditeur-adjoint chez Dupuis, était content de rencontrer ceux qui, dans ce journal, lui avaient précisément tiré l’œil et, comme historien de la BD, ravi de découvrir que l’éclosion de la bande dessinée moderne en Turquie est le fait d’auteurs, comme cela a été le cas en France. Quant à Catel, elle découvrit des collègues dessinatrices qui collaborent au journal Bayan Yani, édité par LeMan, et qui est composé principalement de femmes.

Le lendemain, un speed dating était organisé par le site communautaire Çrop (La Plateforme communautaire de la bande dessinée turque). 27 auteurs devaient rencontrer l’éditeur de Dupuis. Mais les événements de Taksim avaient provoqué la fermeture de l’Institut Français et le rendez-vous a été transporté à Beşiktaş, éloigné de l’épicentre des troubles. Pas de chance : Cet endroit était précisément celui où, par bateaux entiers, les Stambouliotes d’Asie débarquaient pour aller manifester à Taksim. Mais l’heure du grabuge était passée, c’est plutôt dans une atmosphère bon enfant que ce défilement a eu lieu, sans incident.

Speed dating Le speed dating organisé par Ümit Kereççi et le CropLe speed-dating organisé le site communautaire Çrop (La Plateforme communautaire de la bande dessinée turque) animée par Ümit Kereççi (ci-contre, à dr.) avec l’aide de Sarp kalfaoğlu pour la traduction.

Entre-temps, une dizaine d’auteurs n’ont pu venir, au grand soulagement de José-Louis Bocquet qui s’entretint pendant trois heures avec les jeunes auteurs turcs qui seront, qui sait?, peut être publié en France dans les prochaines années. “Je ne m’attendais pas à trouver des auteurs de ce niveau de qualité et qui ont une vraie culture de bande dessinée” confesse l’éditeur.

Advertisements